A l’ONU, un pas important pour la protection de la haute mer